Formation professionnelle ?>

Formation professionnelle

La formation peut prendre plusieurs formes dans le cadre des propositions de la Cie LagunArte. Elle peut être ponctuelle, juste de l’ordre de la sensibilisation comme un tremplin à découvrir un domaine jusque là inconnu ou méconnu. Sous la forme de stages courts ou de rendez-vous dans une année, elle se présente sous la forme d’ateliers liés à une pratique musicale en particulier.

Elle s’adresse à tout public portant de l’intérêt aux domaines sur lesquels nous travaillons : musiques de tradition orale, langages de l’improvisation, projets de création en cours.

Par ailleurs, la formation peut revêtir une forme un peu différente puisqu’elle peut amener une acquisition de compétences nouvelles ou un approfondissement des connaissances dans tel ou tel domaine musical ou artistique proposé par la compagnie et ce, dans un contexte professionnel ou professionnalisant. La durée est très variable d’une simple journée à un cursus long réparti sur une année selon la thématique du stage.

Ces formations pourront faire l’objet de prise en charge par un organisme professionnel.


Exemple de stage donné en 2008 au CNAC (Centre National des Arts du Cirque – Châlons en Champagne)

Cursus long de formation professionnelle sur le clown
Description résumée du module son et voix : « La voix dans les rapports humains…»
Intervenant : Kristof Hiriart

(…) Reproduire des sons, des pas, c’est apprendre à parler, apprendre à marcher.
Marcher, c’est rassembler son corps et ses gestes, se rassembler,  percevoir et (re-)découvrir son rythme.
Chercher à goûter aux délices du chant, le consommer comme le meilleur des aliments, de l’état brut à l’élaboration, parcourir sa voix, vraiment l’explorer et être surpris.
Se rendre disponible, observer, écouter, se mobiliser pour relier sa mémoire à l’instant, se relire pleinement, pour que naisse l’improvisation, la prise de parole inventive, la démarche de création et l’envie de l’art.
Au travers de jeux de voix et de mises en mouvements très simples, de dispositifs d’écoute et de sensation très clairs, chaque individu expérimente le rythme et le chant.
Le principe de l’oralité est utilisé en permanence pour communiquer, passer l’information, ou acquérir de nouvelles connaissances. Nous utilisons même des supports en relation avec la tradition orale (chant, poésie, danse, jeu) dans nos dispositifs d’expérimentation.
La technique  est présente, il est nécessaire de connaître les mécanismes et d’étendre ses compétences. Nous tenterons soumettre cette démarche à l’état permanent de recherche et de création.

La semaine se déroule de la façon suivante :

  • Apprentissage d’un répertoire et  d’un vocabulaire commun aux stagiaires, facile à mémoriser pour faciliter la production vocale, entendre et identifier les voix de chacun des stagiaires.
  • Des jeux rythmiques sont  expérimentés, sur la base par exemple de mouvements collectifs ou l’on met en évidence les différences : marche, démarche, départ, arrêt, lenteur, rapidité, répétition, variation, etc…
  • Mise en place d’une réflexion sur le sens du jeu, sa place dans l’histoire, établissement de moments de prise de parole sur les ressentis corporels, sensitifs et points d’échanges réguliers sur la disponibilité et l’engagement artistique. Le corps doit être mis en mouvement pour produire du rythme, du son et du sens.
  • Au fil des jours, nous nous tournons de plus en plus vers l’individu, afin qu’il puisse prendre mieux la parole, exprimer sa pensée par le corps et par la voix. De cette façon, la voix se libère, elle se remplit, et le rythme s’assouplit et se précise.
  • En fin de semaine, chaque stagiaire est libre de donner un chant, une danse, de donner aux autres le monde à voir ou à entendre autrement… comme il l’entend ou le voit lui, à ce moment-là (…)