01.01 ?>

01.01

Dantzaria eta atabalaria, performance charivariesque pour la rue

01.01 irudia

Création en partenariat LagunArte-EliralE

De la naissance d’un discours par la rencontre première de deux langages.

Le corps et le tambour, la danse et la musique. Le saut basque, que l’on pourrait qualifier de forme connue, serait comparable à un fruit qui s’est formé à une date impossible à déterminer, sur l’arbre natif de la culture basque dans son ensemble.

Le danseur et le musicien se rencontrent et fabriquent ensemble une marche gestuelle et sonore augmentée, structurée et circonstanciée, de la marche à la danse du vide à la structure de l’errance à l’espace déterminé. On a l’impression de percevoir un noyau, un atome, qui par son éclosion va permettre aux langages (danse et musique) de prendre une spécificité culturelle, comme si des borborygmes, la langue naissait. De la teneur du saut basque, on tire des éléments métriques, des vitesses, des appuis, des positions de corps, des attitudes, des éléments de composition, un ensemble de données codées et partagées, qui laissent aujourd’hui encore, la place à l’invention.

Dantzaria eta Atabalaria – le danseur «basque» et le tambour «basque», le geste et le son associés. Entendues l’hypothèse de la naissance, la création

imbriquée de la forme du saut où la composition où le geste et le son sont indissociables, nous voulons dans cette première étape de travail qui donne lieu à une création véritable, présenter au public l’épopée du système, depuis les prémices jusqu’aux hypothèses de sa perception et sa pratique aujourd’hui.

  • Interprètes: Jose Cazaubon et Jokin Irungarai
  • Direction musicale : Kristof Hiriart
  • Direction chorégraphique: Pantxika Telleria
  • Assistante chorégraphique: Arantxa Lannes
  • Accompagnement en méthode Feldenkraïs TM : Laura Beurdeley
  • Adaptation du texte : Sustrai Colina